Tournai,
03
Avril
2019
|
15:23
Europe/Amsterdam

Les étudiants Mode, enthousiastes au sujet de l’imprimante textile Epson

Pendant un mois, les étudiants en baccalauréat de l’Ecole Supérieure des Arts Saint-Luc de Tournai qui ont choisi l’option Mode et Textile ont eu la possibilité d’utiliser une imprimante à sublimation thermique Epson SureColor SC-F6200. « Ce fut pour eux une excellente expérience que d’entrer ainsi en contact direct avec les nouvelles technologies », déclare Olivier Reman, professeur en mode et textile à l’école des Beaux-Arts Saint-Luc de Tournai. « L’expérience fut très amusante. Ils ont en outre estimé que l’imprimante est particulièrement facile à utiliser. »

La mode demeure une option très courue. Sur les quelque 400 étudiants inscrits à Saint-Luc, une cinquantaine suivent les formations Mode & Textile. L’établissement fut l’une des premières Hautes Ecoles à disposer, pendant un mois entier, d’une imprimante textile d’Epson. Les étudiants ont pu utiliser l’imprimante lors des ateliers. Les troisièmes années l’ont utilisée pour enrichir leurs collections. Les étudiants de deuxième année, pour leur part, se sont servis de l’équipement pour créer un accessoire qui vient idéalement compléter une création qui a vu le jour à l’atelier.

L’importance de la technologie dans le processus de création

On ne saurait sous-estimer l’importance de la technologie dans le secteur de la mode et dans le processus de création. « Des technologies (d’impression) telle celle d’Epson permettent d’utiliser de nouvelles matières textiles innovantes ou encore de remplacer ou d’imiter certaines matières déjà existantes. La technologie procure également de nouveaux moyens aux concepteurs, qui viennent étayer ou même stimuler leur créativité », souligne Olivier Reman. « Il est très intéressant pour les créateurs de disposer d’un tel outil parce qu’il leur ouvre un florilège de possibilités. Nous pouvons ainsi pousser plus loin l’expérimentation et obtenir rapidement des résultats. »

L’importance de la technologie dans la formation

Après qu’Epson leur ait procuré une rapide formation, les professeurs et les étudiants ont pu se mettre à l’ouvrage avec l’imprimante textile. Les étudiants ont surtout été impressionnés par la qualité des imprimés. « Un autre avantage de l’imprimante Epson SC-F6200 qu’ils pointent est sa convivialité. Et ce qu’ils trouvent fabuleux, c’est le fait qu’ils puissent obtenir immédiatement des résultats eux-mêmes. Sans devoir faire appel à une société extérieure qui concrétiserait leur concept. »

Olivier Reman estime qu’il est important d’utiliser les technologies modernes. « Cela s’inscrit dans le droit fil de notre philosophie. Ici à Saint-Luc, que ce soit en architecture ou en textile, les formations portent sur la découverte jusques et y compris la maîtrise des techniques artisanales, le “métier” comme on dit. De même, nous estimons nécessaire que les étudiants aient recours à la technologie ainsi qu’à tout ce qui peut venir enrichir leur réflexion. Une imprimante textile en est un bel exemple. C’est un outil qui peut offrir une alternative intéressante pour le développement d’une collection. »

Nouvelle méthode de travail

Le professeur ne peut par contre affirmer que cela soit l’occasion d’évoluer vers de nouvelles méthodes de travail. « Un mois est une période trop courte, en particulier pour concevoir un vêtement dans sa totalité, pour le parachever et le réaliser. Nos étudiants ont surtout utilisé le temps qui leur était alloué pour tester les potentiels de l’imprimante textile Epson. Ils ont intensément testé l’appareil en imprimant de nombreux modèles sur différents types de textiles », conclut Oliver Reman, en soulignant à nouveau avoir apprécié l’excellente collaboration avec Epson et se disant ouvert à l’idée de renforcer encore davantage l’interaction entre l’enseignement et le secteur.